Choisir la mort pour les soins, il arrive en grande-Bretagne

Plutôt que de subir une vie d’enfer, devant la perspective d’une guérison temporaire de guérison, ce qui aurait contraint à une vie de continue de la surveillance médicale et la souffrance, est tout sauf normal, un adolescent de treize ans, l’anglais a décidé de se laisser mourir, refusant la greffe du cœur est devenu disponible, qui les aurait sauvés.

La Haute Cour a reconnu son droit à mourir dans la dignité, en s’assurant de la possibilité de choisir entre une vie de souffrance et une mort dans la dignité. L’hôpital a été, si je puis dire, la contrainte à la transplantation du cœur, qu’il serait obligé de soins pour toute la durée de la vie. La force du désespoir, ou peut-être aperçu en face de lui-même une existence de l’obscurité et de la douleur, il ne décide, à l’âge de treize ans, jeune mais déjà face à un tel choix tragique, de se laisser mourir plutôt que de vivre dans de telles conditions.

Laisser un commentaire