Handicap: vous pouvez déplacer l’ordinateur avec la pensée?

Vivant dans une situation de handicap, les moyens pour être à souffrir de différents types de maladies plus ou moins handicapant dans certains cas, peut conduire à l’impossibilité d’utiliser les membres et de communiquer. Dans ce cas, seul le “pouvoir de la pensée” peut être exploitée.

Pour cette raison, un groupe d’israéliens scientifiques de l’Université Ben-Gourion de Beer-Sheva ville du Néguev ont développé un ordinateur personnel, dépourvu de clavier et de souris, de pouvoir être manipulés à l’esprit. Pour l’instant, ce n’est qu’un prototype, mais les résultats semblent être vraiment intéressant.

C’est un appareil capable de se connecter dans le même processus, l’activité du cerveau de ceux qui l’utilisent avec l’ordinateur. Le logiciel utilisé est basé sur l’utilisation d’un casque porté par la personne avec les électrodes des actes à enregistrer l’encéphalogramme du patient qui le porte. Explique le chercheur Rami Puzis:

La technologie est conçue pour aider ceux qui ont de graves handicaps physiques et sont incapables de manipuler une souris ou un clavier.

Le dr. ssa Donatella Mattia, neurologue et neurofisiologa à l’Institut de l’hospitalisation et de soins scientifique Santa Lucia de Rome et directeur du laboratoire d’imagerie et cerveau de l’ordinateur de l’interfaçage de la structure de tenter d’expliquer son fonctionnement de manière plus directe:

Le système d’interface de l’ordinateur-le cerveau est capable de détecter les intentions de l’utilisateur par l’interprétation de son activité cérébrale: impulsions électriques sont envoyées à l’ordinateur qui se traduit par ces signaux en actions.

Le défilement à travers la littérature médicale, à cet égard, il s’avère qu’il y a déjà d’autres prototypes de comportement similaire, qui dans de nombreux cas se sont révélés être d’aider les patients à qui ils ont été testés. Les personnes avec un handicap grave, car de ces ordinateurs ont eu la capacité de communiquer et de récupérer une partie de leur autonomie. Ce qui à la fois en Israël et dans le monde, les scientifiques essaient de faire est de trouver le moyen de transférer cette technologie à un niveau plus large, de sorte que plus de gens peuvent utiliser ces appareils dans les laboratoires d’expérimentation.

Articles Connexes:

Le handicap, le locked-in syndrome: le boulon

Le handicap, l’activité physique adaptée

Source: le Corriere della sera

Laisser un commentaire