La sclérose en plaques, l’essai à l’international de la tige

Besoin d’au moins 5 ans pour avoir des résultats définitifs, mais un important procès de l’internationale sur l’utilisation de cellules souches comme une thérapie pour lutter contre la sclérose en plaques est sur le point de commencer dans la grande-Bretagne. Dans l’équipe, même un médecin italien, le dr. Paolo Muraro, aujourd’hui chercheur à l’Imperial College de Londres.

Cette étude consiste en l’injection de cellules souches proviennent de la même de la moelle osseuse des patients, dans l’espoir qu’ils pourront prouver leur validité vers les zones endommagées du système nerveux du patient, en fournissant dans le même temps de la réparation. Le dr Muraro va prendre soin de l’un des trois éléments de l’étude la principale est de vérifier la sécurité et, par la suite, l’efficacité de la méthode.

Les fonds qui ont donné vie à l’étude, égal à un million de livres, ont été recueillies à partir des Multiples Scerosis de la Société et de l’Ik de Cellules Souches de la Fondation. Sera au moins 200 patients choisis pour l’étude, les essais randomisés en Angleterre, en Écosse, le Canada, les États-unis et l’Italie. Dit le chercheur:

Les cellules souches ont un grand potentiel contre la sclérose en plaques. L’effet que l’on cherche à atteindre est de réduire la récidive, de stopper la progression de la dysfonction neurologique, et de réduire le handicap de la personne malade. C’est la première fois que des chercheurs du monde entier de collaborer à l’essai d’un traitement de cellules souches dans un essai sur une grande échelle.

Et pour une recherche au niveau européen, le besoin de voir comment, lorsque l’on parle de la sclérose en plaques, de l’Italie face, en bonne partie, les oreilles sur une méthode célèbre, mais qui n’est pas reconnu dans notre pays, celui de dr. Paolo Zamboni.

Sa théorie est, en fait, dans la façon de se produit dans de nombreux pays du monde, le dernier dans l’ordre de l’heure au Canada avec des fonds publics, mais il est certainement loin d’un éventuel procès à l’un de nos hôpitaux. La crainte exprimée par le monde scientifique, et par la même Zamboni est que, très bientôt, si ce n’est elle donnera une impulsion à la recherche dans notre pays, il y aura une “migration” vers l’étranger patients. Les résultats sont résolument contre-productif.

Articles Connexes:

La sclérose en plaques et Zamboni: le Canada est le financement de la recherche

La sclérose en plaques, italien découvre le fonctionnement de la myéline

Source: le Corriere della sera

Laisser un commentaire