Le préservatif, l’ouverture du Pape ré-assaisonné de l’Église

Il a duré à peine 24 heures que le sentiment de la victoire après le Pape Benoît XVI avait déclaré:

Dans certains cas, l’utilisation de préservatifs peut être justifiée.

Immédiatement, la nouvelle a été rebondi à travers le monde comme l’ouverture de l’Église à la contraception, mais aussi le pape lui-même avait commencé à se rétracter, toujours sur les mêmes pages du livre « Lumière du Monde » dans lequel figurait l’interview en question, en expliquant que

Cependant, ce n’est pas le mode réel pour gagner de l’infection par le Vih.

Les nouvelles vrai, cependant, était dans la première phrase, et ainsi de messages d’espoir se propager à l’ensemble du globe, après qu’il y a quelques mois, le même souverain pontife, il a manqué le temps et les manières de l’expliquer, pendant le voyage en Afrique, que l’Église n’accepte pas l’utilisation de préservatifs. Personne ne pourrait prétendre que le Saint-siège avait changé d’avis, mais une petite lueur d’espoir qu’il pourrait donner de l’espoir à des millions de chrétiens qui n’étaient pas d’utiliser des préservatifs en raison de croyances religieuses, ils pouvaient enfin commencer à l’utiliser.

Il est inutile. Pour rappel, les paroles du Pape nous pensons aujourd’hui, le Père Federico Lombardi, porte-parole du Saint-siège, qui a expliqué que le Saint-Père ne l’a jamais dit avec une telle clarté de ses pensées inscrits dans le livre, mais que

le Pape n’est pas moralement justifie lui-même dans l’exercice des troubles de la sexualité, mais il croit que l’utilisation du préservatif pour diminuer le danger de la contagion est « un premier acte de responsabilité », une première étape sur le chemin vers une société plus humaine de la sexualité, plutôt que de les éviter par une exposition à d’autres risques de la vie.

Traduit, cela signifierait qu’il serait justifié dans le cas des prostituées pourrait se propager le VIH, mais la ligne de conduite reste la même: l’abstinence. Ce que l’Église veut souligner, c’est qu’il n’y a pas de confiance dans le traitement prophylactique comme il est

attention pour découvrir les petites étapes, même si seuls les premiers et encore confus-d’une humanité spirituellement et culturellement souvent très pauvres, à l’exercice de plus humain et de la sexualité responsable.

Et ne fait rien si les nations Unies avaient déclaré que ce geste « un important pas en avant. » De l’Église, mais sans trop de conviction, ré-assaisonné, mais maintenant la puce à l’oreille, et j’espère ne pas être pris loin de vous si facilement.

[Source: La République]

Laisser un commentaire