Les plantes bénéfiques: la guérison par l’arnica, echiancea et le marronnier d’inde

 

Réunis les fleurs et les feuilles, qui ont été utilisés comme médicament. Alors, les hommes ont commencé à guérir avec la nature. La phytothérapie moderne a ses racines dans la préhistoire. Longtemps avant que le produit chimique a commencé à produire les médicaments, ces médicaments. Aujourd’hui encore, malgré l’âge vénérable, les plantes continuent à être de précieuses sources de principes actifs utiles. La recherche, année après année, favorise ou un bol à travers des études scientifiques rigoureuses, l’utilisation de leurs dérivés dans différents domaines thérapeutiques.

 

Par exemple, une étude, récemment publiée dans la prestigieuse revue scientifique the Lancet a montré que les produits à base de plantes basée sur, disons, l’échinacée arriver à réduire de moitié le risque de contracter des maladies par le refroidissement. Les Experts, cependant, de souligner que grâce à des remèdes naturels, ainsi que pour les médicaments classiques, on a à vous méfier. Pas sont de l’eau douce seulement parce qu’ils sont dérivés de plantes. Et, ne sont pas exemptes de risques et d’effets secondaires. Ensuite, pour avoir la certitude qu’ils travaillent, il est toujours préférable de choisir des produits certifiés, parce que sinon, la concentration des ingrédients actifs peuvent ne pas être à la hauteur.

Nous allons voir quelles sont les plantes qui ont passé le rock des études scientifiques et, par conséquent, peut être utilisé pour traiter les troubles et les maladies. L’Arnica, une plante qui pousse spontanément dans les montagnes, a des propriétés anti-inflammatoires pour usage externe seulement éprouvées et validées. Dans la forme d’un gel ou une crème est utile dans le cas d’entorses et des contusions. Dans une étude, qui a impliqué les patients opérés pour le canal carpien à la main, a été administré à une pommade à base d’arnica pour un groupe et un placebo pour le reste. On voit que, après une semaine chez les patients traités avec de l’arnica, de l’enflure et de la douleur ont été considérablement réduites.

 

Feu vert pour l’échinacée: originaire d’Amérique du Nord et le Mexique, à partir de ses racines afin d’obtenir un extrait sec nébulisée et titré en echinacoside. Plusieurs études cliniques ont démontré ses propriétés stimulantes, très utile en cas de rhume et de la grippe. Ses ingrédients actifs, en augmentant l’activité de diverses cellules du système immunitaire, tels que les lymphocytes et les macrophages, donner un coup de main pour le corps pour repousser l’agression des virus et des bactéries.

 

Même le marronnier d’inde (Aesculus hippocastanum), à partir des graines de ce qui est obtenu à un extrait sec pulvérisé et titolalo dans escin, il a reçu le feu vert de la science: augmente la résistance de sang capillaire, exerce une action anti-inflammatoire et aide le drainage lymphatique est alors indiqué dans les troubles de l’insuffisance veineuse périphérique (gonflement des jambes, les varices et les syndromes postflebitiche). Plus ou moins les mêmes indications, est une plante herbacée vivace et est également connu sous le nume de « l’herbe du tigre » parce que, dit-on, les tigers vont l’utiliser pour guérir les blessures. Le Gotu kola (Hydrocotyle Asiatica), qui sont utilisées les feuilles, améliore la circulation du sang et est donc utile dans les cas de l’insuffisance veineuse.

 

Laisser un commentaire